Débuter l’élevage des Corydoras

Traduit de l'anglais ,avec l'aimable autorisation de Danny BLUNDELL et IAN FULLER

Ces dernières années il m’a été posé beaucoup de questions sur la maintenance et la reproduction des poissons de la famille des Corydoras par des personnes qui voulaient débuter un élevage de ces poissons ainsi que d’autres qui en possédaient mais qui souhaitaient tenter leur reproduction.

J’ai listé ci-dessous les 10 questions les plus courantes. Les réponses que j’ai pu apporter sont basées sur plusieurs années d’expériences gagnées en élevant et en reproduisant ces charmants petits poissons et ces réponses doivent être considérées comme un guide plutôt que comme des règles.

Questions

  1. Quelle taille atteignent-ils ?
  2. Comment agencer un bac pour les maintenir ?
  3. Combien en mettre dans mon bac ?
  4. Quelles espèces sont les meilleures pour débuter et quel est leur coût ?
  5. Où peut-on trouver ces poissons ?
  6. Que doit-on vérifier avant de les acheter ?
  7. Que mangent-ils ?
  8. Comment différencier les sexes ?
  9. Puis-je les reproduire ?
  10. Combien d’espèces existe-t-il ?

Réponses-1 :Corydoras Pygmaeus et Corydoras Hastatus sont les plus petites espèces décrites avec une taille de 20 millimètres et Corydoras Barbatus avec ses 100 millimètres probablement la plus grande

Corydoras pygmaeus
Corydoras barbatus


2-Il y a plusieurs façons d’agencer un bac pour maintenir correctement des Corydoras mais je pense que le plus important est de connaître les éléments indispensables pour un environnement idéal pour ces poissons ?

Pour moi les critères importants sont :

  • un bac suffisamment grand pour recevoir l’espèce souhaitée (voir réponse 3),
  • un substrat fin (sable de Loire de faible granulométrie) pour éviter tout dommage aux barbillons,
  • une grande qualité d’eau, eau claire, propre et vieillie au moins trois jours avec des valeurs de pH voisins de la neutralité (6,8 – 7,4), une dureté de 10 à 15 GH et une température comprise entre 21° et 25° Celsius. Les eaux de conduite disponibles ont des paramètres qui varient d’une région à une autre mais répondent bien aux besoins de ces poissons.

Il y a deux types d’aquariums possibles.

Le premier est l’aquarium communautaire, qui sera principalement destiné à l’hébergement des Corydoras, mais dans lequel d’autres poissons peuvent être ajoutés pour équilibrer la population et rendre plus esthétique l’ensemble.

Dans mes bacs communautaires je n’utilise pas de filtres sous gravier car le substrat que je place dans le fond qui est du très fin gravier (de diamètre inférieur à 1 mm) ou du sable de rivière bien lavé les colmate. L’épaisseur de la couche de sable reste très faible (15 à 17 mm) ce qui permet aux poissons de rechercher les particules de nourritures tombées au fond du bac et évite à ces particules de s’enfouir dans le sable et de polluer le bac.

Pour la décoration des bacs j’utilise des pièces de bois de tourbières avec, attachée dessus, soit de la mousse de Java soit de la fougère de Java, et bien que le substrat soit peu profond j’ai ajouté des plantes comme du Cabomba ou de l’Elodea qui poussent bien.

La fougère de Java est particulièrement intéressante car elle peut être attachée sur une grande variété de décors comme le bois, l’ardoise, les pierres. Si on l’aide à rester en place à l’aide d’un élastique elle s’attachera rapidement sur son support. C’est une plante très solide qui pousse bien dans différentes conditions.

Le deuxième type d’aquarium est l’aquarium spécifique utilisé pour la reproduction et l’élevage des alevins. Ces bacs varient en taille de 20 cm X 20 cm X 20 cm pour les petites espèces à 90 cm X 45 cm X 20 cm pour les bacs de grossissement ou de préparation de géniteurs. La taille du bac de reproduction est relativement peu importante, elle doit cependant être adaptée au poisson que vous voulez reproduire. Dans les petits bacs de 20 cm X 20 cm X 20 cm je garde et reproduis des petites espèces comme C. Xinguensis and C.Griseus.

Corydoras xinguensis
Corydoras griseus

Tous mes bacs de reproduction et d’élevage ont une couche (15 mm) de sable de rivière ou de fin gravier. J’ai dans le passé et même encore aujourd’hui, occasionnellement, utilisé des bacs sans substrat principalement pour les quarantaines ou l’élevage d’alevins délicats ce qui permettait de retirer la nourriture non consommée et de faire les changements d’eau avec le minimum de perturbation pour les poissons.

Les filtres utilisés dans les petits bacs sont des filtres éponges. Les filtres boites sont utilisés dans les bacs moyens (45 cm X 25 (30) cm X 25 cm) et dans le grands sont installés des filtres sous gravier fais maison. Si nécessaire des filtres extérieurs sont utilisés en extra.

Box Filter
Sponge Filter

3-Le nombre de Corydoras qui peut être placé dans un bac est une affaire de choix mais si vous avez à l’esprit que ce sont des poissons grégaires et qu’ils préfèrent être en groupe un minimum de six est requis. Ma recommandation va de 1,5 à 2 cm de poissons pour chaque 10 cm carré de surface d’aquarium. Quand vous faites les calculs ne tenez pas compte de la longueur de la caudale.

4-En général la plupart des espèces de Corydoras qui sont disponibles sont très résistants et il n’y a aucune difficulté à les maintenir et à les garder en bonne santé. Donc le choix de l’espèce pour démarrer est plus un problème de finances qu’autre chose. Il y a des espèces comme Corydoras Aeneus et Corydoras Paleatus qui sont dans les aquariums depuis des décades, ils sont reproduits commercialement dans des milliers de fermes de l’Est-asiatiques et peuvent être acquis pour quelques Euro selon leur taille. A l’opposé il y a des Corydoras comme Corydoras Solox et Corydoras Gracilis qui atteignent jusqu’à 70 Euro pièce.

Pour ceux qui n’ont jamais maintenu de Corydoras je recommanderais les espèces les moins onéreuses, qui peuvent être trouvées en échange d’un petit billet, certaines d’entre elles ont réellement de splendides livrées et sont idéales pour commencer. Voici quelques espèces pouvant retenir votre attention : Corydoras Trilineatus et Corydoras Schwartzi qui ont des marques blanches et noires, Corydoras Metae, Corydoras Melini et Corydoras Rabauti qui ont un corps bronzé avec des bandes transversales noires. Un de mes préférés de tout temps est Corydoras Arcuatus, avec sa couleur blanche et l’arc noir courant sur toutes la longueur de son corps. Pour ceux qui voudraient s’essayer à la reproduction rien de mieux que Corydoras Aeneus, sa forme albinos ou Corydoras Paleatus, qui sont probablement les plus faciles de tous les Corydoras à reproduire.

Corydoras metae=young male
Corydoras melini=male
Corydoras rabauti
Corydoras paleatus=male albino


Corydoras trilineatus=male

5-Il y a plusieurs façon de se procurer des Corydoras et certaines d’entre elles sont mieux que d’autres. La première est de regarder dans votre magasin d’aquariophilie local, le choix est peut être limité mais vous devriez y trouver des Corydoras.

Pour trouver un choix plus grand vous pouvez envisager de vous déplacer vers un magasin spécialisé en poissons-chats. Il y en a probablement plusieurs dans le pays et le choix devient innombrable. J’ai déjà réalisé des voyages de 650 km dans la journée pour trouver une espèce que je convoitais !

 

La troisième possibilité est de trouver ces poissons chez un éleveur de Corydoras. Le grand avantage lorsque vous achetez chez un éleveur est que vous connaissez les conditions dans lesquelles sont maintenus les poissons, la nourriture idéale pour eux, leur âge. Ce dernier point est d’ailleurs quasi impossible à avoir avec des poissons sauvages importés.

6-Avant de faire l’acquisition des Corydoras il y a un nombre important de points à vérifier pour s’assurer de leur qualité. Il est probablement plus facile d’énumérer les problèmes à éviter et de garder les points positifs pour la fin.a) yeux creux, b) tâches rouges dans l’abdomen, c) ventre creux, d) ouïes inflammées, e) barbillons absents ou très usés, f) déformation. (mauvais points)

Corydoras with deformities

Des poissons qui ont des yeux creux sont des poissons âgés et toujours proches de la fin de leur vie. Ceux qui ont des tâches rouges dans l’abdomen ont des infections dans l’intestin qui sont généralement fatales . Ces poissons doivent être évités car ils ont peu de chance de survivre plus que quelques jours. Des poissons au ventre creux ou aux ouïes inflammées peuvent s’ils sont placés dans de meilleures conditions et si on les alimente correctement récupérés. Je garde ces poissons généralement seuls.

Les barbillons des Corydoras sont des organes sensoriels très importants, utilisés pour la détection et la recherche de particules de nourriture dans le substrat, et pour les femelles ils jouent un rôle majeur dans la reproduction. Des barbillons abîmés peuvent avoir comme origine des infections par les champignons. Dans ce cas les poissons doivent être évités.

Tous les poissons montrant des malformation ne doivent pas être pris quelque soit la raison, bien qu’ils puissent être en pleine forme ils transmettront leurs malformations à leurs descendants.

Enfin les poissons d’importation arrivent souvent avec des nageoires abîmées, déchirées, dont il manque quelques morceaux. La plupart du temps ces dommages se réparent et il n’y a pas de risque pour la vie du poisson.

Maintenant que nous avons vu ce qui était indésirable chez les poissons qu’est-ce qu’il est bon de voir chez un Corydoras de qualité ?

Un corps bien rond, des yeux brillants, de beaux barbillons, un jeu complet de sept nageoires, les flancs et ouïes couverts par un mucus brillant et métallique et finalement le poisson doit être raisonnablement actif, bien que certaines espèces soient plus actives que d’autres.

Corydoras with good barbels

7-Le choix de l’alimentation est très important pour tous les poissons que vous maintenez et pas seulement pour les Corydoras. J’utilise une variété de produits tant commerciaux qu’issus de cultures personnelles ou de collectes dans la nature. Mon programme d’alimentation est basé sur un régime de base constitué par des nourritures en paillettes (qui coulent lentement vers le fond) ou par des aliments en tablettes qui coulent immédiatement. Les tablettes sont cassées en petits morceaux et écrasées pour l’alimentation des alevins.

La nourriture vivante arrive sous différentes formes les suivantes étant celles que j’utilise couramment :

  1. non aquatique : microvers, vers blancs, vers de terre finement coupés,
  2. aquatiques : artemias, daphnies, tubifex et vers de vase.

Toutes les nourritures vivantes sont données en petites quantités, idéalement la quantité mangée par les poissons en 5 à 10 minutes

Il y a aussi la nourriture congelée qui est très bonne, particulièrement pendant les mois d’hiver quand la nourriture vivante est plus difficile à trouver. Les variétés de nourriture sont très grandes et beaucoup de magasins proposent des aliments congelés. Dans le domaine de l’alimentation il faut essayer toujours et encore car je n’ai pas encore trouvé de poissons qui refusait de manger bien que parfois il faille râper la nourriture pour lui donner une taille acceptable pour le poisson.

Pendant l’été quand les daphnies sont en abondance j’en collecte autant que je peux, retire l’eau et les congèle dans des sacs plastiques. J’aplatis le sac de façon à avoir une très fine épaisseur facilitant ainsi par la suite la distribution.

J’alimente les poissons deux fois par jour, plus si possible. En général l’alimentation du matin est constituée par des nourritures sèches en paillettes ou en tablettes. Le soir l’alimentation est donnée après les changements d’eau programmés, cependant tous les bacs d’alevins ont un changement d’eau journalier avant d’être alimentés

8-Sexer les Corydoras n’est pas toujours la chose la plus facile à accomplir spécialement avec des poissons récemment importés, aussi je vais vous décrire ma façon de pratiquer. Pour commencer il y a trois zones où l’on peut observer des différences.

Premièrement la couleur. La couleur est en effet la différence la plus facile à voir. Avec la grande majorité des Corydoras il n’y a pas de grande différence de coloration, mais chez ceux qui montrent une différence c’est le mâle qui possède le patron le plus coloré.

Il y a cependant un danger car avec certaines des espèces les différences de coloration sont telles que l’on peut croire avoir à faire à des espèces différentes

Corydoras undulatus=pair:male on left

La première chose à vérifier auprès du vendeur est que les poissons présents dans un bac soient bien issus d’un même arrivage, si c’est le cas, il y a de grande chance que tous les poissons soient de la même espèce. Si dans un bac il y un doute car les poissons présentent des colorations différentes je prends un nombre égal des deux couleurs. Certaines espèces comme celles du groupe Elegans montrent un dimorphisme de couleur important (mâles différents des femelles).

Deuxièmement les nageoires. Les mâles Corydoras adultes ont presque toujours des nageoires plus longues et des épines plus robustes que les femelles en particulier les pectorales et les extensions de la nageoire dorsale. Avec certaines espèces les différences sont si petites qu’il est virtuellement impossible de les voir alors qu’avec d’autres les différences sont si importantes que les nageoires du mâle sont deux fois plus grandes que celles des femelles.

Quand il n’y pas de différence visible sur la dorsale ou les nageoires pectorales, je regarde les nageoires ventrales. Si des différences existent on pourra, chez les mâles, voir des nageoires plus longues, plus fines et plus pointues que chez les femelles qui ont des nageoires plus arrondies.

Corydoras barbatus=pair,male to front
Corydoras melinistius=male

La troisième et dernière zone qui peut être observée est le corps, qui vu du dessus montre chez les femelles une partie large qui commence juste avant de l’insertion des nageoires ventrales. Chez les mâles cette zone débute juste après l’insertion des nageoires pectorales. Si on regarde sur le coté, les femelles présentent un corps plus arrondi alors que les mâles sont plus sveltes et souvent plus aérodynamiques.

Il y a d’autres caractéristiques qui peuvent aider à différencier le sexe des poissons, par exemple chez le mâle Barbatus il y a des poils sur les joues alors que les femelles n’en n’ont pas.

Ainsi pour les espèces difficiles je recherche tous les signes qui peuvent permettre des les séparer. S’il est impossible de les séparer j’achète 6 individus ou plus si le prix le permet. Après un certain temps lorsqu’ils seront bien conditionnés il sera plus facile de repérer les deux sexes.

9-Reproduire les Corydoras n’est pas compliqué en soi car les poissons font partie des espèces relativement faciles. La seule difficulté est de les faire reproduire une première fois.Il y a différentes tentatives à effectuer à respecter pour les faire reproduire.

Le premier essai à faire est de réaliser un changement d’eau à la même température et cela peut suffir (Corydoras pygmaeus). La deuxième étape sera de faire un changement avec de l’eau ayant une température plus basse, 3 à 5 degrés Celsius sont suffisants pour provoquer les pontes, Corydoras aeneus, Corydoras paleatus et Corydoras panda sont typiquement les espèces qui répondent à ce traitement. Une fois que la méthode du changement d’eau a été testée on peut penser à des méthodes un peu plus délicates.

Cependant il faut d’abord se rappeler que la meilleure des solutions est d’encourager les poissons à pondre en n’essayant qu’une seule chose à la fois. En effet dans certains cas la première stimulation (changement d’eau) va déclencher la ponte mais si la deuxième stimulation (changement d’eau ou de température ou autre stimulation) arrive trop tôt elle peut bloquer le processus. De nombreuses questions qui m’ont été posées sur la reproduction des Corydoras montraient que les éleveurs essayaient très souvent plusieurs stimulus simultanément ce qui conduisaient à l’échec.

Je voudrai surtout conseiller de garder les notes de tout ce que vous tentez particulièrement lorsque vous tentez la reproduction d’espèces difficiles. Ces notes peuvent être reprises pour vérifier les changements faits ou aider à formuler une série de changements.

On peut essayer la série de stimulus suivante a) un changement hebdomadaire d’eau sans changement de température, b) deux changements hebdomadaires d’eau sans changement de température, c) un changement d’eau quotidien sans changement de température. Ensuite testez a, b, et c, sur la même période en réduisant la température de 3 à 5 degrés, après un apport de froid la même séquence peut être utilisée avec un apport de chaud de 3 à 5 degrés. Il y a des espèces qui préfèrent les températures plus élevées Corydoras Gossei en est une.

Je considère que des changements de l’ordre de 50 % sont valables.

L’étape suivante sera d’espacer les deux changements par une période plus longue (2, 3 ou plus semaines) d’abord avec une eau à même température puis avec une eau de température différente. Si toutes ces mesures échouaient il faudrait essayer de réduire ou d’élever le pH ou la dureté.

Pour conclure sur la reproduction je dirai qu’il y a La liste de ce qui est à tenter et qui est aussi infinie que le temps nécessaire à la créer, mais que le meilleur ingrédient du succès pour la reproduction des Corydoras est la patience, beaucoup de patience.

10-Le nombre d’espèces décrites est maintenant de 154 avec beaucoup d’espèces non décrites qui arrivent chaque semaine dans les magasins d’aquariophilie laissant au client un choix innombrable.

Credits Photos: Photos 1 et 2 : Danny Blundell, autres photos Ian Fuller

Article paru dans Scotcat.com, article 33. " Starting with corydoras "

Article updated = December 31, 2004 © scotcat 1996-2004   Traduction @cacentre.com janv 05